AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 20 Jan - 3:59

« Believe in me,
Cause I was made for chasing dreams »







    SUSHI FOR BREAKFAST.

    - Louka est l'ennemie numéro un de tout appareil qui requiert un minimum de technologie. Elle a déjà réussi à faire exploser, littéralement, son grille-pain, à faire déborder la laveuse, créant ainsi un véritable raz-de-marée d'eau et de mousse savonneuse, et elle a aussi déjà tué son ordinateur... deux fois. Mais ce pour quoi elle est le plus néfaste, c’est indiscutablement son cellulaire. À force de l’échapper constamment, il est tout cabossé, et la caméra intégrée n’est plus fonctionnelle. Plus d’une fois, la demoiselle Stervell l’a oublié dans les poches de son pantalon lorsqu’elle faisait le lavage, envoyant ainsi le petit appareil dans l’eau et le savon. Il en sortait toujours fonctionnel, mais avec un aspect encore plus misérable qu’avant. Échappé dans un thé glacé, oublié sous une armoire pendant deux semaines, grignoter par le hamster d’une amie, bref, c’est un véritable miracle que le petit appareil soit encore en mesure de recevoir et d’émettre des appels. La jeune femme a néanmoins compris le message, et a abandonné l’idée de posséder un IPod. Au coût du lecteur, mieux vaut éviter ce désastreux investissement.
    - Louka est une fanatique du vélo. Depuis qu’elle est haute comme trois pommes, elle sillonne les rues de sa ville, autrefois Chicago, maintenant Vancouver, pédalant à toute vitesse dans le dédale des petites ruelles, évitant les petits marchants et les pots de fleurs posés allégrement à même le trottoir. Sans être une grande sportive, la jeune femme privilégiera toujours la bicyclette à la voiture, d’ailleurs, elle n’a même pas son permis. Elle tente d’ailleurs d’inculquer à ses amis le réflexe de se rendre à pied ou à vélo lorsqu’ils n’ont que de petits trajets à faire, vantant à quel point c’est agréable de pédaler sous le soleil canadien, et jouant aussi sur le point de l’environnement.
    - La jeune femme a une tendance bien étrange, qui enrage ses amis. En effet, dès qu’elle a une télécommande dans les mains, la demoiselle Stervell ressent le besoin inexplicable d’enlever les batteries et des mettre dans sa poche. Elle le fait sans même y penser, sans s’en rendre compte, et si ses amis ne la surveillent pas suffisamment, elle se retrouve chez elle le soir les poches remplies de batteries. Louka a d’ailleurs ce tic chez elle aussi, et si elle n’égarait pas continuellement sa propre télécommande, ça la mettrait hors d’elle aussi.
    - Louka adore le café. Dès qu'elle met le pied dans une ville qui a un Starbucks, elle y érige son quartier général, et y passe plusieurs heures par journée. Elle aime particulièrement le Java Chip Frappuccino, qu’elle prend dans le plus grand format inimaginable. Cependant, comme Vancouver se concentre surtout sur des petits cafés authentiques, la jeune femme ne peut pas savourer son Frappuccino aussi souvent qu’elle le voudrait. Elle se contente donc des cafés proposés, favorisant toujours ceux plein de crème et de sucre. Cependant, les soirs de sortie, elle se met à la bière et à la vodka. Elle n’absue toutefois pas.
    - Lorsqu’elle est submergée par ses émotions, Louka bégaye légèrement, et s’enfarge dans ses mots, ce qui la peine encore plus, puisque lorsqu’elle était plus jeune, ses camarades de classe avaient tendance à se moquer de ce petit handicap. Après maints exercices de diction, les bégayements furent moins fréquents et les gens avaient plus tendance à trouver cela adorable, un trait qui définissait la jeune femme et qui la rendait unique. Cependant, dès qu’elle se fâche ou qu’elle est très triste, la demoiselle Stervell régresse et ne trouve plus ses mots, mélange quelques syllabes et bégaye plus que jamais. Elle s’énerve encore plus, et comme un cercle vicieux, plus elle s’énerve, plus elle bégaye. La voir dans cet état est plutôt triste.
    - Louka a une mémoire des plus impressionnantes. Elle connait le numéro de téléphone de tous ses amis par coeur, ainsi que leur date de naissance. Mais cette faculté extraordinaire ne s'arrête pas là. Elle connait les paroles de centaines et centaines de chansons, connait littéralement des extraits de livres par coeur et des dialogues tirés de film. D'ailleurs, ce dernier point énerve ces amis, lorsqu'ils écoutent un film qu'elle a déjà vu, la demoiselle Stervell à une tendance à parler en même temps que les acteurs, prenant une voix ridicule, et ce, même si elle adore le film. Elle ne se rend même pas compte qu'elle parle plusieurs tons plus graves qu'à l'habitude.
    - Elle n'est pas réellement allergique aux tomates, comme elle le dit. En fait, Louka déteste ce légume, ou fruit, peu lui importe, plus que tout au monde, et à inventé l'excuse de l'allergie car lorsqu'elle était âgée de six ans, et qu'elle avait annoncé à ses parents qu'elle détestait les tomates, sa mère avait simplement répliqué que c'était une honte pour une italienne – son grand-père venait de Naples. Un peu honteuse, elle s'inventa une allergie, et les seuls au courant sont ses parents, Bobby et Killian.
    - La jeune femme est une experte au Démineur. Vous savez, le petit jeu qui vient sur tous les ordinateurs? Elle a développé, à force de jouer et pratiquer, quelques techniques qu'elle garde jalousement, et elle est ainsi capable de réussir toute partie qu'elle entreprend, même dans le niveau avancé. Dès qu'elle ouvre son ordinateur, elle fait des parties, et si on ne l'arrête pas, elle reste parfois jusqu'à deux heures du matin à jouer, battant ses propres records.
    - Louka adore faire des listes, particulièrement des listes d'épicerie. Rien ne lui fait plus plaisir que de déambuler dans les allées du marché en se fiant à sa liste, où elle a élaboré des menus pour la semaine, pour faire ses achats.
    - Elle garde dans un album sous son lit, toutes les photographies qu'elle a prise, depuis ses six ans. L'album ne peut contenir tous les clichés qui tombent partout son son lit et se perdent parmi les magazines qui s'y trouvent, mais Louka s'assure de coller les plus importants. Elle consacre une dizaine de page de l'album à chaque année de sa vie, et inscrit sous les photos des commentaires, ou même, fait écrire ses amis. Elle use de cet album comme de son portfolio, certains propriétaires de galleries aimant le côté « journal intime » de ses photographies.
    - Avant de se découvrir une passion pour la photographie, Louka voulait devenir astronaute. Elle avait même reçu une fausse combinaison comme cadeau à un anniversaire, et ne voulait jamais la quitter. Pas même lorsqu’il était le temps de prendre son bain.
    - Ça ne parait absolument pas dans son mode de vie, mais Louka est la fille d’un couple très riche. Elle a toujours refusé de l’aide financière de ses parents, voulant à tout prix garder son indépendance. De plus, ses parents n’avaient jamais approuvé son idée d’être photographe.
    - Elle mâchouille ses pailles, et ce, même si elle partage la boisson avec un ami. Tout son entourage est au courant de cette vilaine manie et s’assure de prendre deux pailles.
    - Louka n’a jamais apprit à se mettre du vernis à ongle correctement, et friande des couleurs vertes, bleus et tout ce qui hurle à l’excentrisme, elle se contraint à demander à Sammy de lui faire une manucure à chaque semaine. C’est qu’en plus elle ne supporte pas qu’il s’écaille.
    - Le vernis est d’ailleurs le seul maquillage qu’elle porte, avec le mascara pour les grands jours.
    - Lorsque quelqu’un la contredit, elle a tendance à répondre très maturement en s’écriant « Blou blou blou ».
    - Lorsque Louka aime une chanson, elle aura tendance à l’écouter en boucle à l’infini, ou du moins, le temps de trouver une autre chanson à écouter.
    - Lorsqu’elle boit une boisson qui vient en cannette, elle s’assure que ses pailles – deux, mâchouillées – soient d’une couleur qui s’harmonise avec la dite-cannette.
    - Elle se tanne beaucoup plus rapidement du sucré que du salé, mais adore les barres Aero à la menthe.
    - Louka porte des lentilles tous les jours, elle déteste ses lunettes et ne les porterait en public pour rien au monde.
    - Elle est incapable de marcher sur les craques des trottoirs, c’est psychologique.
    - Elle compte, calcule, soustrait, additionne, multiplie et divise toujours tout dans sa tête; les étagères d’une bibliothèque, le nombre de livres par étagères, le rapport, etc.
    - Les rares fois où elle accepte d’embarquer en voiture, elle ouvre grand sa fenêtre et sors carrément sa tête par la vitre. Lorsque le conducteur dépasse une voiture, elle s’imagine sautant par-dessus, lorsqu’il y en a plusieurs, elle fait des pirouettes de gymnaste.
    - Lorsque Louka est assise, elle croise ses jambes sous elle, deux fois.
    - Elle porte constamment ses mains à ses oreilles pour vérifier que ses boucles d’oreilles s’y trouvent toujours.
    - La jeune femme a la manie de continuellement se mordiller l’intérieur des joues, elle fait souvent des infections à cause de cela.
    - Lorsqu’elle croise quelqu’un lorsqu’elle marche rapidement, plutôt que de saluer rapidement, elle a tendance à faire une grimace qui lui est propre. Charmant.
    - Elle fronce les sourcils de façon très exagérée. Très.
    - La jeune femme invente des surnoms pour tout le monde. Ami ou pas.
    - Malgré sa tendance à les détruire, Louka nomme tous ses effets personnels. À titre d’exemple, son cellulaire se prénomme Joshua et son appareil photo Cody.
    - Elle connait le prénom de ses – quatre – futurs enfants.
    - D’ailleurs, elle en veut quatre pour que ce soit plus commode pour prendre l’avion, qu’ils soient un nombre pair.
    - Se balancer au parc lui donne mal au cœur.
    - Elle le fait pourtant.
    - Louka est sans aucun doute la seule personne sur Terre qui ait peur des coccinnelles.
    - Elle a en horreur d’appeler les gens, en fait, elle déteste parler au téléphone. Mais une fois lancée, il est impossible de l’arrêter, elle peut y parler des six heures d’affilées.
    - Elle adore éternuer.
    - A-D-O-R-E.


    FIGURED ME OUT.

    • Célébrité : La magnifique Camilla Belle. I love you
    • Pseudo & surnom : Lexie & dérivés, on va faire court.
    • Comment avez-vous connu SS ? : J'ai la joie d'être le sujet d'une Reine qui passe des adresses de forums géniaux par MP.
    • Commentaires & suggestions : À part changer le « afin d’assurer votre place en Afrique », je ne vois rien. Ah, mais si, j'oubliais. JE VOUS AIME.


Dernière édition par Louka Stervell le Lun 26 Jan - 2:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Kennedy
HEY MOMMA | Losing touch and control
avatar

Nombre de messages : 215
Age : 28
Mood : Lunatic.
Date d'inscription : 09/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 20 Jan - 12:16

J'ai réservé Camilla
Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 20 Jan - 19:39

Hi & Welcome parmi nous ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Seeley Crews
SEX SYMBOLWhat else ?
avatar

Nombre de messages : 186
Age : 26
Mood : GEEKY.
Date d'inscription : 09/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE: Immeuble Daiquiri, THE loft B.
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 20 Jan - 20:36

LEXOUIIIIIIIIIILLE

_________________

    ©️ icon to their creator
    You change your passion for glory
    Don't lose your grip on the dreams of the past
    You must fight just to keep them alive
    ©️ SURVIVOR ~ Eyes of the tiger

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mer 21 Jan - 7:09

Corpsie • Merci, merci.
Rechercherais-tu une colocataire par hasard ?

Pierce • Merci beaucoup. I love you

Justine • Oh ma Reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Woodrow
BIG MUSCLOR | You're a burning desire
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 25
Mood : hungry,
Date d'inscription : 10/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mer 21 Jan - 10:16

Ma 'Lex

_________________

    A little more money comes in every day.
    Faith and five dollars goes a long way
    Look at your pockets filled up with gold
    But what's in your heart is making you cold

    ©️ Fireflight • Liar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juddi Rockefeller

avatar

Nombre de messages : 169
Age : 25
Date d'inscription : 18/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mer 21 Jan - 11:29

CRACOTTE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Jeu 22 Jan - 0:50

Ma 'Ma

Craquelin.
On a réussit sans faute cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juddi Rockefeller

avatar

Nombre de messages : 169
Age : 25
Date d'inscription : 18/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Jeu 22 Jan - 0:54

Nous sommes trop fortes. Cool Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Kennedy
HEY MOMMA | Losing touch and control
avatar

Nombre de messages : 215
Age : 28
Mood : Lunatic.
Date d'inscription : 09/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Jeu 22 Jan - 0:56

Louka Stervell a écrit:
Corpsie • Merci, merci.
Rechercherais-tu une colocataire par hasard ?

I love you
Rigole pas, ça pourrait se faire en plus Surprised Laughing

_________________

(c)Paperweight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Killian Howe

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 28
Mood : vague
Date d'inscription : 21/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE: •
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Jeu 22 Jan - 1:03

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Jeu 22 Jan - 1:07

Craquelin • Oh que oui.

Corpsie • ALORS JE L'EXIGE. Shocked

Lolote •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samantha Kennedy
HEY MOMMA | Losing touch and control
avatar

Nombre de messages : 215
Age : 28
Mood : Lunatic.
Date d'inscription : 09/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Jeu 22 Jan - 1:11

TOPE LA

_________________

(c)Paperweight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Jeu 22 Jan - 1:39

Par contre ça t'oblige aussi à être une de ses plus proches amies. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Dim 25 Jan - 5:17

    WEIRD NEIGHBOURG KID.

    Tourne, tourne, tourne en rond & tombe, tombe, tombe par terre.

    Parce que à force de toujours tourner en rond,
    je ne vais jamais plus loin.

    Il n’y a pas eu de déclic dans ma vie, un événement qui m’a ouvert les yeux et qui m’a aidé à comprendre que ce petit conte de fée duquel je m’étais faite protagoniste n’était qu’une façade brillante et éphémère, et bien que j’y aie pris soin d’y intégrer quelques passages plus obscurs, pour réellement comprendre l’enjeu du bonheur, je n’avais pas su bien doser.

    À vrai dire, je ne suis pas malheureuse. Je suis toujours cette jeune femme optimiste et pétillante, ce que certains qualifieraient d’un rayon de soleil. Seulement, parfois, il s’agit simplement d’un masque pour cacher aux yeux des autres mes inquiétudes.

    Je frisonne parfois quand je constate à quel point je suis plongée dans la noirceur. Lorsque le crépuscule s’étend autour de moi et me plonge dans cette sorte de mélancolie dérangée sur laquelle je ne saurais pas mettre de mots. Inénarrable sentiment qui m’accapare soudainement. Et alors, je ne peux rien faire d’autre que de constater. Le silence est toujours inquiétant, car il permet d’entendre les choses que l’on refuse habituellement d’écouter. Le ramdam habituel de ma vie, curieusement mis sur pause le temps d’un constat, m’enivrait au point où je pouvais m’y évader. Je pouvais fuir dans le tumulte, m’y dissimuler pour empêcher d’être repérée. Mais on ne peut pas toujours se cacher, on ne peut pas toujours se réfugier dans un coin pour passer inaperçue. On m’avait mainte fois répété que la fuite n’était pas la solution, mais je ne me serais jamais risquée à plonger. Le problème, c’est lorsqu’on ne se risque pas, il y a perpétuellement le danger d’être poussée à l’eau, et lorsqu’on n’y est pas préparé, on est submergé. On a de l’eau par-dessus la tête, et on sombre. Je sombrais ce soir-là.

    J’imagine que c’est à force de vouloir m’empêcher de devenir comme mes parents que je me suis engagée dans la vie, optimiste et idéaliste. Je fais cependant partie de cette génération de la désillusion et à vingt-deux ans, je suis obligée de me rendre à l’évidence. Je ne pourrais pas continuer d’avancer la vie en voguant sur ces rêves que je me construis. Il sera temps bientôt que je me réveille, et que je me prenne en main pour gagner ce futur dont mes parents rêvent pour moi. Car je suis à une étape où je crois que c’est la seule solution. Peut-être ai-je simplement besoin que l’on croit en moi ?

    Ma vie après tout, n’a jamais été bien terrible, au contraire. J’ai eu mes hauts, et mes bas, mais m’en suis-je donc si mal sortie ?

    ***


    Mon enfance est une période de contradiction, où tous les gens jouent des rôles si archétypes que l’on croirait à un roman manichéen. Mes parents étaient la source de tous mes malheurs, mes déchirures, mes craintes, mes faiblesses, et Noah, mon grand-frère était la solution à tout cela. J’étais arrivée dans le monde immaculé de mes parents sept ans après lui – mes parents ne me manquèrent pas de me rappeler que j’étais un petit accident, que je n’étais pas prévue – mais cette différence d’âge ne faisait que renforcer nos liens. Avant mon arrivée, il était le petit garçon le plus parfait qu’il soit, du moins, selon les standards de mes parents et de la société de Chicago qu’ils avaient sus intégrer grâce à la fortune de mon grand-père. Poli, sage comme une image, jamais en sept années d’existence avait-il haussé le ton, placé ne serait-ce qu’un seul mot de trop, s’était-il plaint de quoi que ce soit. Noah eut la chance d’arriver dans la vie de mes parents alors qu’ils n’étaient pas encore tout à fait aliénés par l’argent, et qu’ils réservaient encore du temps à lui consacrer, entre les leçons de piano et de violon, les opéras du samedi soir et le théâtre du mercredi. Et je suis arrivée dans ce tableau de petite famille parfaite, comme un cheveu sur la soupe, conséquence d’un élan un peu trop impulsif de mes parents. J’étais celle qui venait tout détruire. Car, seulement âgée de quatre ans, j’avais déjà la tête remplie de rêves, d’imaginaires, et je ne me voyais mal grandir dans cet univers de superficialité et de corruption dans lequel j’avais vu le jour, le treize mars. Je refusais les leçons de ballet, m’obstinait à ne pas me conformer à ces idées ancestrales de femmes qui restent à la maison, sans pour autant s’occuper du foyer et des enfants, puisqu’il y avait les domestiques pour le faire. À six ans, j’étais dégoûtée de ce paradis d’argent et de pouvoir et je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour m’en dissocier. Et c’est alors que Noah, le parfait petit Noah qui jusque là, servait de comparaison pour souligner mon indécence et ma décrépitude, se rendit compte que lui non plus n’aspirait pas au mode de vie qu’ils nous étaient réservés. Il se rebella aussi contre Maman et Papa et me rejoignit dans mon monde de conviction et de valeurs où l’argent n’avait pas sa place. C’est d’ailleurs Noah qui me fit le plus beau cadeau qui soit, l’appareil photo que je reçu le lendemain de mes six années de vie. Payé entièrement par ses économies, et non pas l’allocation parentale – phénoménale – il s’agissait d’un véritable appareil photo. Dès lors, je me mis à prendre des images de tout ce qui m’entourait, et j’aimais leur inventé un contexte. Sans le savoir, voulant simplement offrir une échappatoire à sa petite sœur qu’il aimait, et protégeait tant, Noah lui avait offert une passion, une aspiration. Toujours je lui serai redevable de ce cadeau, de ce rêve qu’il m’avait donné. Noah et moi nous entendions à merveille, certes, on avait par moment ces escarmouches propres aux frères et sœurs, mais nous étions soudés par cette envie d’imaginaire, de plaisanteries. Et ce lien, qui se renforçait à travers les jours, jamais nos parents auraient pu le détruire. C’était Noah et Louka contre le monde. Très jeune, je fus introduis dans son cercle d’amis, je me tenais avec des gens nettement plus âgé que moi, dont la maturité m’influençait positivement. Je grandissais à une vitesse effroyable, tout en sachant garder ce cœur d’enfant. C’est à cette époque que je rencontrai, entre autres, Bobby Rockefeller, qui partageait le titre de meilleur ami de Noah et le mien. Je voyais en lui un second grand frère, une seconde épaule sur laquelle pleurer quand on se moquait de moi, à cause des bégayements, ou de mes fantaisies dont je partageais les moindres détails avec qui voulait bien l’entendre. Nous l'ignorions encore, mais Bobby et moi, c'était pour la vie.

    ____________

    « Je suis convaincu que Julia me trouve de son goût, tu as vu avec quels yeux elle me regardait ? Ces signes là, ça ne trompe pas. De plus… AH ! Noah, c’est quoi ça ? »
    « Ça, c’est Louka. Je suis la petite sœur de Noah. »
    « C’est une surprise, j’ignorais que Noah avait une sœur. »
    « Surprise ! Dis-moi Noah, tu les prends plus lents pour te valoriser ou c’est simplement une faute de jugement ? »
    « HEY ! C’est qui la gamine qui croit qu’elle peut traiter LE Bobby Rockefeller de lent ? »
    « Gamine, gamine… J’ai six ans, je te ferais remarquer. »
    « Qu’est-ce qu’on leur donne à bouffer à ces mioches ? C’est haut comme trois pommes et ils parlent comme Socrate. »
    « Impressionnante culture, Bobby. Je suis impressionnée. Bon, excusez-moi, mais je vais… »
    « ATTENDS LA MIOCHE ! Approche un peu. »
    Haussant un sourcil avec une arrogance propre à mes six ans, je m’approchai légèrement du jeune homme, et me tient devant lui, droite comme un piquet, fière, avec le menton haut.
    « C’est bien ce que je croyais. Noah, tu ne trouves pas ça triste que les sourcils de ta sœur encombrent le tiers de son visage ? À cet âge, c’est triste. »
    Ouvrant la bouche, scandalisée, je tournai rapidement les talons pour partir, alors que mon frère et son ami éclatait de rire.

    ____________

    « Tiens. »
    « C’est quoi ça, Mioche ? » demanda Bobby, tout en attrapant le petit carton qu’elle lui tendait.
    « Louka. Je sais que c’est difficile de te rappeler de ce prénom, il fait plus d’une syllabe après tout, ça te déstabilise, mais fais un effort. Louka. Lou-ka. »
    « C’est quoi ça, Louka ? » répéta-t-il d’un ton morne.
    « Ouvre-le, tu verras bien. » répondis-je, tout en M’assoyant à côté de lui.
    « Une invitation pour ton anniversaire ? »
    « Exactement. Et tu es mieux de venir, sinon je raconterais à toutes les filles de ta classe que tu soulignes ton duvet, excuse-moi, ta moustache, avec le crayon pour les yeux de ta mère. »
    « Tu es terrible Mioche. »
    « Moi aussi je t’aime. » Je lui fit un rapide câlin, et me retournai pour continuer à aller prendre des photos du jardin. Je me retournai soudainement brusquement pour ajouter. « Il faut être costumé pour la fête, ton costume est inscrit sur le carton. »
    Je galopai joyeusement jusqu’à dehors, tandis que Bobby ouvrait le carton.
    « BALLERINE ? JE REFUSE ! »
    Inutile de préciser qu’il vint néanmoins vêtu d’un tutu; il ne voulait pas que le secret de sa moustache soit ainsi révélé. Cependant, lorsque des photos de lui, vêtu d'un tutu à l'âge de quinze firent surface, Bobby se demanda s'il avait fait le bon choix.

    ____________

    « Roh, ma vie est fichue. Fichue, fichue, FI-CHUE. »
    « Arrête de te morfondre, et raconte-moi plutôt ce qui se passe. »
    « C’est une histoire de fille… »
    « Oh, merci pour tant de détails, ça m’aide vraiment ! »
    « C’est que c’est dur à expliquer. »
    « Fais-moi confiance, et essaie-toi. Je suis sûre que je saurais suivre. »
    « Nan, je ne crois pas que tu pourrais comprendre. »
    « Bobby. J’ai neuf ans, et je sais comment faire des enfants. Grâce à tes belles explications. Je peux comprendre. »
    « Han oui, c’est vrai… »

    ***


    Mon adolescence est mon enfance en répétition, mais cette fois-ci avec des personnages légèrement plus âgés. C’est la seule différence, sinon, tout se passe de la même façon. En fait, presque. Ma relation jusque-là idyllique avec Noah se dégradait. C’est que monsieur s’était trouvée une copine, et soudainement, malgré mes dix ans, je n’étais plus assez mature et intelligente pour être en sa compagnie. Je comprenais qu’à dix-sept ans, il ait envie – et surtout besoin de son intimité – mais je ne croyais pas que cela devait nécessairement réduire à néant cette amitié que l’on avait bâtie avec les années. Néanmoins, à mesure que je m’éloignais de mon frère, je me rapprochais de Bobby. La différence d’âge lui importait peu à lui, et contrairement à Noah, il n’était pas du genre fidèle en amitié. Il n’allait donc pas me sacrifier pour une conquête du moment. Nous passions donc des journées entières ensemble, à parler tout simplement. C’était un jeune homme tout aussi bourré d’idéaux, et lui aussi rêvait de quelque chose de mieux que sa vie à Chicago. C’est ainsi qu’un après-midi, il m’annonça qu’il partait pour Vancouver. J’avais dix ans, j’aurais pu me remettre de cette séparation, garder cette amitié comme un souvenir de jeunesse, et passer à autre chose. Je savais cependant que Bobby est le genre d’ami qu’on ne rencontre qu’une fois dans sa vie, et je n’avais pas envie de le perdre. Je fis donc mon premier caprice à mes parents, qui en étaient tout simplement choqués : je n’avais jamais exigé rien de plus que ce que j’avais déjà. Ils écoutèrent mes arguments – Vancouver était une ville très verte, et surtout florissante, où les affaires ouvriraient sur le Canada en entier, et m’étant bien renseignée, je gagnai ma cause. Nous déménageâmes un mois après Bobby. Mes parents s’habituèrent bien vite à la ville, ils aimaient le status qu’ils gagnèrent aussitôt là-bas, ils étaient plus riches que la grande majorité des habitants. La réaction qui m’étonna fut celle de mon frère. Il n’était pas du tout enjoué de ce déménagement, et plutôt que de voir Vancouver comme une ville d’opportunités et de rêves, il décrétait chaque jour qu’il retournerait à Chicago dès qu’il le pourrait. C’est ainsi que trois mois après notre arrivée au Canada, il partait un matin rejoindre sa copine et surtout, prendre la tête des affaires de Papa pour la ville américaine. Il me fallut un temps de me remettre de cette trahison, je comprenais qu’il s’ennuyait de sa copine, mais ce qui me décevait, c’était qu’il avait trahi nos rêves, nos idéaux pour rejoindre le mode de vie que mes parents lui avaient réservé. Le départ de Noah me fit réaliser encore plus que je ne voudrais jamais rejoindre ce monde paillettes et de faux-semblant, et encore mieux, je me trouvai un nouveau grand-frère en la personne de Bobby.


Dernière édition par Louka Stervell le Mar 27 Jan - 3:15, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Wheeler

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 29
Mood : Busy.
Date d'inscription : 18/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Dim 25 Jan - 21:56

CHAUSSETTE DE MON COEUR QUI SENT LA LAVANDE
Han, je veux aussi un lien moua !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 27 Jan - 3:16

    Couchée sur le ventre, je feuilletais un magazine que j’avais emprunté à une copine. Je tombai sur une page, où les mots « Êtes-vous amoureuse ?! » s’écrivaient en larges lettres foncées. Intriguée, je fis le test, et regardai ma réponse.

    Vous êtes amoureuse, de plus est, TRÈS amoureuse. Ne vous laissez pas inquiéter par la force de vos sentiments et foncez. Avec un amour aussi débordant, mieux vaut ne pas perdre de temps.

    « JÉSUS ! Je suis amoureuse de Bobby ! »

    Je tournai lentement la tête, pour l’apercevoir à travers l’entrebâillement de la porte. Il était venu l’aider à changer la couleur de sa chambre, mais c’était accordé une pause le temps de regarder la télévision. Respirant un grand coup, je me levai, et entrai dans la pièce, et sans un mot, je me laissai choir sur le divan à côté de lui. Il se tourna vers moi et sourit.

    « Tu viens suivre le match avec moi ? »
    « En fait… »

    Et m’interrompant, je glissai mes mains derrière sa nuque pour l’embrasser. D’accord, je n’avais qu’à peine quinze ans et lui vingt-deux, mais l’amour n’a pas d’âge n’est-ce pas ? Semblant confus, Bobby prolongea néanmoins ce baiser. Fermant les yeux, je m’apprêtais à ressentir ces émotions décrites, les papillons dans le bas de l’estomac, l’impression de fondre, mais… rien. En fait, pour être franche, je trouvais cela relativement déplaisant.

    « Qu’est-ce qui te prend, Mioche ? » demanda le jeune homme, me repoussant soudainement.
    « Aucune idée ! C’est ce magazine à la noix qui raconte n’importe quoi… Beurk. »
    « Beurk ? Franchement, ce n’était quand même pas SI terrible. »
    « Pour tout dire, oui. Je ne vois pas ce que les filles te trouvent. Au boulot maintenant, fainéant. »

    Jamais plus nous parlâmes de cet événement, particulièrement humiliant pour ma personne. À force de me faire rabattre les oreilles par mes amies à quel point « Bobby est sex ! », mon cerveau en était venu tout mélangé. Mais ce genre de mélange n’allait plus jamais se reproduire, soyez-en certains !

    ____________

    Et me voici dans ma vie adulte. Je tente de percer comme photographe, et j’ai même eu quelques expositions, néanmoins, pour m’assurer un mode de vie un peu plus luxueux – je refuse toute aide parentale – je travaille comme barmaid au Voltige. J’adore mon travail qui me permet de rencontrer pleins de gens et d’être au cœur de la scène de la jeunesse canadienne. Je suis toujours accompagnée de Bobby, qui tient toujours son rôle de grand-frère et meilleur ami dans mon petit monde à moi. Je suis d’ailleurs amie avec sa petite sœur, dont j’ai véritablement fait la connaissance tout dernièrement, au Voltige. J’ai une colocataire tout simplement adorable, Sammy, et nous nous entendons à merveille, même si je déteste devoir lui cacher ce qu’il s’est passé avec Alex… Grâce à Bobby, j’ai fais la rencontre de Cymbeline, une jeune femme tout simplement décalée avec qui je m’entends à merveille même si notre duo est plutôt explosif. Je n’ai pas de regrets, ne serait-ce que cette histoire qui s’est produite il y a un peu plus d’un an, lorsque j’eus une crevaison de bicyclette sur la route municipale, en pleine nuit. Je marchais sur la route pour tenter de trouver un moyen de regagner mon chez-moi, mais peu attentive, je n’ai pas vu la voiture arrivée. Par miracle, elle m’évita, mais le virage brusque la fit se renverser dans le fossé. Le conducteur était sain et sauf, mais sa chienne était dans un piètre état, et constatant la douleur que je venais de lui causer, je ne réfléchis pas et partie sans dire un mot. Je regrette aujourd’hui de ne pas l’avoir remercié… Après cette aventure avec Alex, qui prit fin dès que nous en virent à la conclusion que nous nous n’aidions pas, au contraire, j’ai eu quelques difficultés avec la gente masculine. Je voulais à tout prix préserver mon indépendance, néanmoins, j’avais besoin de quelqu’un qui serait là pour moi si besoin est. Cependant, depuis peu, je crois avoir trouvé ce jeune homme, en la personne de Killian.
    ____________

    « Tu es prête ? »
    « Un instant, je cherche mon sac à main… »
    « Dans ce capharnaüm, ça ne m’étonne pas que tu ne le trouves pas. »
    J’aurais répliqué un peu plus sauvagement s’il n’avait pas accroché sur son visage ce sourire, le sourire qui vous donne l’impression d’être la seule personne au monde.
    « BLOU BLOU BLOU »
    « Bloublouttes autant que tu veux, en attendant, ça ne t’aide pas à trouver ton sac à main. »
    « ÇA Y EST ! Je l’ai trouvé ! »
    Il secoua la tête, toujours en souriant, et ouvrit la porte pour me laisser sortir.
    « Donc, tu ne m’as toujours pas dis où tu m’amenais ? »
    « C’est une surprise en fait… »
    « Oh ! J’adore les surprises ! »
    Une petite demi-heure plus tard, j’étais assise à une petite table ronde d’un club populaire à Vancouver. J’avais beau ratisser la pièce des yeux, Killian était introuvable. Finalement, une voix familière s’éleva des haut-parleurs situés à mes côtés. Tournant rapidement la tête vers la scène, j’y vis Killian, installé avec sa guitare, qui me regardait.
    « J’aimerais dédicacée cette chanson à Louka… »

    ***


    Non, réflexions faites, je ne m’en suis pas mal sortie du tout. Je réussirais à percer dans la photographie, et je mènerais le mode de vie qui me plait. J’ai tout simplement besoin que l’on croit en moi. Et je crois avoir trouvé cette personne pour m’appuyer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louka Stervell
THEMIOCHE • Cause I was made for chasing dreams.
avatar

Nombre de messages : 69
Age : 26
Mood : Frivoulously Childish.
Date d'inscription : 20/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 27 Jan - 3:41

Fichette terminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Woodrow
BIG MUSCLOR | You're a burning desire
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 25
Mood : hungry,
Date d'inscription : 10/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 27 Jan - 9:53



VALIDÉE

_________________

    A little more money comes in every day.
    Faith and five dollars goes a long way
    Look at your pockets filled up with gold
    But what's in your heart is making you cold

    ©️ Fireflight • Liar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colwyn DeWitt
BLUEBERRY PIEAnd she will chase dragons for love
avatar

Nombre de messages : 50
Age : 26
Mood : LOVELY.
Date d'inscription : 24/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE:
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 27 Jan - 19:28

T-E-R-R-I-B-L-E

_________________

    ©️ BY JANE/FRUITY-TASTE @ LJ
    when you cried I'd wipe away all of your tears
    when you'd scream I'd fight away all of your fears
    and I've held your hand through all of these years
    ©️ EVANESCENCE - MY IMMORTAL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Killian Howe

avatar

Nombre de messages : 41
Age : 28
Mood : vague
Date d'inscription : 21/01/2009

LES PETITS PAPIERS
ADRESSE: •
RELATIONS:

MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   Mar 27 Jan - 21:22


JE T'AIME
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.   

Revenir en haut Aller en bas
 
STERVELL; Louka. • Chasing the Sky.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Premier badge? Eh bah non... (avec May et Louka)
» Chasing the Dragon [TERMINE]
» Chasing cars - Zino & Gaby
» Le départ (pv: Louka, Sacha)
» Where else can I go, chasing you? (misha + misty)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SUDBURY SQUARE :: BIENVENUE AU CANADA :: EMBARQUEMENT IMMEDIAT :: • FICHES VALIDEES-
Sauter vers: